Nº269 (9/2012)







  Download :
Ben quoi, le rédac'chef roupille? Une semaine de retard, ça ne s'était pas vu depuis plus d'une douzaine d'années... Pour ma défense, je dirais que j'ai été appelé par des obligations familiales. Les bénévoles, c'est ça… Par contre, j'avais pris mes précautions avec la disquette trimestrielle, disponible depuis plus d'un mois. Bon, ne regrettez pas ce retard, le mag compte 40 pages, dont une majorité de bonnes pages. De plus, comme vous le verrez, l'actualité est riche comme jamais! Bonne lecture. André

Visu du 30 juin : Enfin les photos et un compte-rendu détaillé ! Archéo-cassettologie : Les protections Norsoft ! Transfert : Teknis ! Meurtres sur l'Atlantique ! Basicode se rapproche !

sommaire

Adresses CEO / Sommaire / Editorial   Page 2
Courrier Oricien   Page 3-6
Bonnes adresses et P.A.   Page 6
Listing Basic : Weather forecast   Page 7
Aide Rush Hour, supplément n°14 (3/3)   Page 8-9
Nostalgie : Une mémoire d'éléphant   Page 10-11
Divertissements mathématiques et logiques   Page 12
Le coin Sudoku Oric : Les grilles 13 à 18 de juin   Page 13
Basicode se rapproche !   Page 14-15
Pub : Meurtres sur l'Atlantique   Page 16-17
Archéo-cassettologie : Les protections Norsoft (3/3)   Page 18-21
Journal du hard : Le Telestrat qui grillait les cartouches   Page 22-25
Compte-rendu de la Visu du 30 juin   Page 26-29
Quelques photos de la Visu par René   Page 30
Transfert : Adaptation de la disquette de Teknis   Page 31-33
Brève : Atmos perdu (volé?)   Page 34-35
Brève : Retour sur l'Atmos+ de Fabrice   Page 36
Jasmin : Retour de Visu   Page 37-40
Dino : Devinettes, leçons d’Anglais, etc.   Page 7, 8, 21, 38, 39 & 40


1) Participants :
Gregory G., Jean B., Jérôme D., Jonathan B., Manoël T., Mathieu C., René P., Simon G., Thierry B., André C., Didier et son fils Robin V., soit 11 participants. Ce chiffre est dans la moyenne habituelle, peut-être un peu plus faible en raison de la date tardive (mais nous n'avons pas eu le choix).

2) Table de René :
Le "DOS Sedoric pour Jasmin" (don de M. Legrand) apporté par René a été un des points forts de cette Visu. En fait, il s'agit d'un T-DOS modifié, qui permet de lire les disquettes Sedoric et d'en faire tourner les programmes. Pour nous montrer la chose, René a apporté une configuration complète (Atmos, lecteur Jasmin et télé) ainsi qu'une disquette T-dos "modifiée Sedoric" et une disquette Sedoric, en l'occurrence la démo de Dominique P. "Meurtre sur l'Atlantique". En fait René nous a donc fait deux démos en même temps ! Et ça marche : Nous avons pu admirer le magnifique travail de Dominique. Un avant-goût très prometteur ! NDLR. Cette démo est très provisoire et non-diffusable pour le moment, selon le vœu de Dominique.
Pour en revenir au "DOS Sedoric pour Jasmin", seules certaines commandes ont été adaptées. Par exemple, CAT permet de lire le directory (catalogue) au lieu de !CAT"". René a lu, avec Readdsk.exe, la disquette 3 pouces "T-dos modifié" et a obtenu le fichier SedoricJasminA2.dsk que vous trouverez sur la prochaine disquette trimestrielle. Ce fichier permet, grâce à Writedsk.exe (v2.1) de recréer une disquette physique identique à l'originale.
Remarque de Simon : Nous avons rapidement exploré l'image-disque, pour y découvrir qu'il s'agit de "SUPER DOS par le programmeur masqué et Johnny Bit hard" ! Note d'André : Et un peu plus loin, il est encore question de "Johny Bit hard" (avec un seul "n" cette fois !).

3) Table de Jean :
Avec son traditionnel caddie bien chargé de matériel, Jean répond présent comme à son habitude. Outre quelques curiosités, tels que vieux magazines où il est question de l'Oric, Jean nous épate une fois de plus avec une surprise de taille (au sens propre et au sens figuré) : un disque vinyle de François Béranger, acheté en 1971, sur lequel se produit un tout jeune musicien, Jim Cuomo. On a bien un peu de mal à le reconnaître sur la pochette (plus de 40 ans ont passés par là), mais c'est bien lui !
Quelques exemplaires du gros mag de juillet, imprimés sur laser couleur en jettent un max et nous épatent tous, y compris le rédac' chef !
Mais c'est son installation Oric qui tourne avec la démo "Meurtre sur l'Atlantique" qui attire l'attention de tous. Et dire que nous avions peur qu'un obstacle quelconque nous empêche de montrer cette merveille ! Résultat : abondance de biens ne nuit pas !

4) Table de Thierry :
Fidèle à lui-même, Thierry a apporté une configuration hyper complète, qui a tourné en permanence pendant toute la Visu : Atmos "Octocéphale" (difficile de faire mieux), Compact-Oric (ensemble constitué d'une carte contrôleur de disquette, de deux lecteurs 3,5 pouces, et d'un lecteur de cardes SD "HxC"), carte Amplibus-Décodeur d'adresses (avec cartes-filles) et bien sûr écran. Sur la carte SD se trouvaient les disquettes trimestrielles des deux dernières années. Thierry a fait la démonstration du parfait fonctionnement de ce HxC et sa bonne cohabitation avec les lecteurs de disquettes classiques.
La grande nouveauté de cette installation est bien sur la carte OREA revisitée (8 canaux), qui permet de transformer un signal électrique analogique (avec ici une plage d'entrée adaptée à une tension de 0 à 5V) en signal digitalisé (de 0 à 255). Ce nombre de 0 à 255 est évidemment compréhensible par un ordinateur, notamment si on dispose d'une carte d'entrées-sorties comme c'est le cas dans la configuration de Thierry. Le signal électrique utilisé par Thierry provient d'une manette de télécommande fonctionnant dans deux dimensions X et Y (il s'agit en fait d'un double potentiomètre) et génère, pour chaque Dimension X et Y, une tension de 0 à 5V. Avec un peu de doigté, Thierry nous montre donc qu'il peut allumer une LED sur deux en appliquant à la carte une tension de 3,33 Volts, correspondant à un signal numérique binaire 10101010 (soit 170 en décimal). On peut vérifier que 5x170/255=3,33. Le signal numérique de sortie peut évidemment être lu par un programme tournant sur l'Oric. Avec quelques lignes de Basic Thierry nous a dessiné des courbes 2D sur un écran Hires. Autrement dit, la manette de télécommande sert de joystick pour dessiner en 2D. Une simple règle de 3 permet à ce programme de calculer et d'afficher les tensions appliquées en entrée sur la carte Orea.
Enfin, dernière petite démo (j'en ai peut-être loupé d'autre, car il me fallait circuler d'une table à l'autre) : L'Atmos plus de Fabrice. Il s'agit, pour ceux qui ont oublié, de l'émulation d'un Telestrat sur un Atmos. Ceci se fait grâce à une Eprom adapté "Telestrat" insérée sur l'Atmos. Cette Eprom permet à l'Atmos de fonctionner comme un Telestrat (à peu de choses près, comme les commandes RS232, qui évidemment ne peuvent fonctionner si on n'a pas d'interface RS2323).
Nous avons apprécié, une fois de plus le concept de l' "Octocéphale", dû rappelons-le à Claude S., qui permet de passer aisément d'une Eprom à l'autre, à choisir entre 8 (Oric-1, Atmos, Atmos+, Suceuse, etc.).
Remarque de Thierry : De plus, cette visu aura aussi été marquée par un mini-dépannage de mon Oric Octocéphale, dont certaines touches ne répondaient pas (comme le RETURN, mais CTRL+M fonctionnait). Tout est rentré dans l'ordre après démontage et réinsertion du connecteur clavier. J'avais pourtant testé tout le matériel avant de partir...

5) Atelier de Grégory :
Vous avez pu lire dans le mag de juillet, l'article détaillé de Grégory sur son interface logicielle "HyperSpin". En résumé, l'idée est de se simplifier la vie et d'avoir une seule interface sur son PC pour lancer un des émulateurs préalablement installés et donc d'accéder à tous les jeux (ou autre applications) disponibles pour cet émulateur, sur son disque dur. Cela se fait de manière transparente pour l'utilisateur (une fois les configuration d'HyperSpin et des émulateurs effectuées). Parmi la demi-douzaine d'émulateurs installés par Grégory, figuraient Oricutron, Snes9x 1.53, Mame etc. Chaque émulateur fonctionne dans sa configuration normale et un fichier de configuration de HyperSpin contient tous les paramètres nécessaires au lancement de chaque émulateur. Ensuite, il y a un fichier de settings pour chaque émulateur. Par exemple, pour Oricutron, ce fichier indique pour chaque fichier tap ou dsk, la configuration Oric à émuler : la machine (Oric-1, Atmos, Telestrat etc.), et le type de support (lecteur de disquette ou de cassette etc.).
Ajoutez à cela que Grégory utilise aussi "Retrode". Il s'agit d'une interface matérielle à brancher sur le PC et qui joue deux grands rôles indépendants :
a) Ajout de deux joysticks ou joypads au PC, pouvant être utilisés par les divers émulateurs moyennant une petite configuration dans chacun d'eux. Ainsi Oricutron bénéficie-t-il de manettes réelles.
b) Lecteur des cartouches physiques Snes et Megadrive. Ainsi, les cartouches Snes, peuvent être utilisées par Snes9x en plus des images de cartouches se trouvant sur le disque dur. NDLR. Il existe aussi une pseudo-cartouche Snes, la "Snes Power Pack", munie d'un slot pour carte mémoire CF, dont Didier nous avait déjà fait la démo lors la Visu du 29 janvier 2011 (voir mag n°251). Ceci permet d'avoir toute une bibliothèque d'images de cartouches (une sorte d'équivalant au HxC pour l'Oric).

6) Atelier de Simon :
Avec son mini PC portable (pas de pub SVP), Simon nous a montré plusieurs démos :
a) FreeCell de Mickaël P. "Dbug". Il s'agit du jeu de carte bien connu, qui n'est pas encore tout à fait finalisé, mais parfaitement jouable.
b) Mordoric de "Nox" (un Oricien Allemand de Berlin). Il s'agit d'un jeu d'aventures en cours de développement.
c) Skool Daze de José María E. "Chema". Nous avions déjà vu des versions préliminaires, en noir &blanc, de ce jeu. Ici, il s'agit du release final, en couleurs. C'est superbe… à découvrir sur la prochaine disquette trimestrielle !
d) Bien sûr la démo de Meurtre sur l'Atlantique de Dominique P. Finalement, le souhait de Dominique que les participants à la Visu puisse voir en avant-première cette version préliminaire de sa démo, a été largement exhaussé et cela méritait. Nous attendons la suite avec impatience.
e) Et enfin, the last but not the least, Wurlde de Jonathan B. "Twilighte".

7) Wurlde de Jonathan :
Un monument, c'est bien ce qu'est Wurlde. Comme plusieurs d'entre nous, j'ai eu droit à une démo personnelle de Jonathan. Une fois de plus, je suis resté médusé devant la finesse des graphisme, la richesse des coloris (obtenus par juxtaposition des couleurs normales de l'Oric en Hires) et par la fluidité des animations et des mouvements. Je vous jure, on voit les plans d'eau scintiller comme si on y était et les paysages défiler sans à-coups. Jonathan a bien sûr optimisé à mort tout cela pour pousser l'Oric dans ses derniers retranchements et le résultat n'est pas croyable. Ces démos sont en fait des fragments jouables du futur jeu Wurlde. Seule ombre au tableau, elles tiennent actuellement sur 6 grosses disquettes ! Jonathan dit pouvoir faire tenir tout cela sur une disquette et demie (sans doute en faisant appel au logiciel de compression de Dbug). Pour finaliser son jeu, il pense donc faire des choix et ne garder que le meilleur. Je lui souhaite du plaisir, car tout m'a semblé excellent ! J'ai aussi cru comprendre que pour l'instant les démos de Wurlde ne tournaient que sur émulateur (DosBox + Sedoric pour ce que j'ai vu, mais sans doute aussi Oricutron).
Sans vouloir être indiscret, Jonathan a de très gros problèmes de santé et il est évident que l'Oric est pour lui un dérivatif puissant. Souhaitons-lui bonne chance pour que réussisse la prochaine opération qu'il va subir. Au détour de la conversation il a dit, dans un autre contexte "It's all part of life's rich pattern !". Nous serions bien avisés de garder en tête cette petite phrase primordiale.

8) Didier :
Didier nous a parlé des catalogues de jeux pour Oric (voir son article dans le mag de juillet). Aux dernières nouvelles, la "jGameBase" de David Craddock est passé de 240 jeux (listés dans le mag) à 500 titres actuellement. Pour sa part Simon a numérisé 450 cassettes à ce jour. Et il n'en a pas terminé, puisque Mathieu lui a encore apporté du travail ! Notez qu'en principe les jeux numérisés par Simon sont disponibles sur oric.org (mais pas pour un téléchargement en bloc). Rappelons qu'il s'agit de versions originales, sans aucune modification, ce qui n'est généralement pas le cas de ce qu'on peut trouver dans les "archives" sur internet.

Pour conclure, je dirais que malgré une participation limitée, peut-être en raison des fêtes d'écoles et des proches départs en vacances, cette Visu a été bien remplie, avec de nombreuses nouveautés et des démos spectaculaires. Vous allez dire que je rabâche, mais ce qui se fait actuellement dans le petit monde Oric est de loin bien supérieur à ce qu'on pouvait trouver à la belle époque…


BROWSE

NUMEROS
 [272] - [271] - [270] - [269] [268] - [267] - [266] - [265] - [264] - [263] - [262] - [261] 

YEAR
2018 - 2017 - 2016 - 2015 - 2014 - 2013 - 2012 - 2011 - 2010 - 2009 - 2008 - 2007 - 2006 - 2005 - 2004 - 2003 - 2002 - 2001 - 2000 - 1999 - 1998 - 1997 - 1996 - 1995 - 1994 - 1993 - 1992 - 1991 - 1990



Hosted By oric.org server www.oric.org V 2.6 CNIL ID : 872370 Write to Webmaster © 2000-2020 Built in 0.02 Seconds