Nº126 (10/2000)







  Download :
En couverture, le Trombinoscope Oric : Nous avions déjà vu Fabrice Francès (n°68), Fabrice Broche (n°86), Alain Weber (n°93) et Jonathan Bristow (106). Voici «The Oric Man», le roi du hard : Claude Sittler. Depuis des années Claude a non seulement volé au secours de très nombreux Oriciens en panne, mais est à l'origine de bien belles innovations. Le «Journal du Hard», c'est lui. Soyez gentils, ne lui demandez pas trop : il serait bien capable de vous donner sa chemise. Honneur à Claude !

- Mettez un «16 Soupapes» dans votre Oric !  - Un Oric Ultra Puissant !
- Jeu des 6 Familles
Trois articles qui parlent des microprocesseurs 65Cxxx

Configurez vos Lecteurs de Disquettes !  Ceci grâce au câble magique de Jean !
Musique Maestro !  Stéréophonisez votre Oric !
Et encore le Jasmin !  Cest loccasion de taper un petit programme amusant !

sommaire

Adresses CEO / Sommaire / Editorial   Page 
Courrier Oricien / Petites annonces   Page 
Connexion dun lecteur de disquette 1,44Mo (suite)   Page 
The Oric Library / La Libairie Oric (17)   Page 
Divertissements Mathématiques et Logiques   Page 
Jeu des 6 Familles   Page 
Coin Jasmin : Minosa   Page 
Le Projet Y : BLUE War (2)   Page 
Nostalgie... Nostalgie...   Page 
Nouvelles Adresses / Nouveaux Liens   Page 
Shoot Again (29) "Super Advanced Breakout"    Page 
Journal du Hard (26) Mettez un 16 soupapes dans votre Oric    Page 
Un Oric Ultra Puissant    Page 
Musique Maestro ! (5) : Stéréophonisation   Page 
Réponses (8) Lutilitaire «Convert»   Page 
Abonnements, Anciens numéros, Anciennes disquettes   Page 




AVANT DE COMMENCER



C'est en recevant le numéro de la période juillet/août que je me suis remis à écrire cet article (qui traîne, il faut bien l'avouer, sur mon disque dur depuis trois ou quatre mois, d'ailleurs ce n'est pas le seul article...). La raison de cette lenteur est que je ne suis jamais satisfait de mes articles car j'ai toujours l'impression d'avoir oublié de parler des trois quarts des choses qui devaient être dites. J'ai l'intime conviction qu'à la relecture de cet article, je serais une nouvelle fois insatisfait.



Dans l'article sur le complément d'explications de l'ULA2, Fabrice explique que l'ULA2 serait relativement difficile à réaliser, non pas pour l'aspect théorique mais surtout pour le manque de moyen. Je pense également que la barrière "Compétence ou motivation" est bien soulignée par Fabrice. Je pense me situer dans la catégorie compétence : Mettre une lampe en série est un exploit pour moi (Non, je plaisante, j'arrive tout de même à le faire en parallèle avec une deuxième :-)



En réalité, j'ai fait de l'électronique, mais dans les filières générales (j'ai fait un Bac ex E), il faut bien l'avouer, la théorie balaye l'aspect pratique. Pour les calculs en électronique, je suis fort... Calcule quoi ? Je ne sais pas mais en tous cas je calcule... (Je résume en gros le contenu de l'enseignement dans les classes généralistes au lycée).



Après avoir lu le numéro d'été, j'ai eu l'impression d'avoir un bon coup de "pied aux fesses". Justement, il faut continuer, en m'envoyant des e-mails pour s'avoir où j'en suis : Je serais plutôt honteux de dire que je ne fais rien ou que je n'ai pas avancé.



Aussi, je suis relativement vexé car je m'aperçois que des nouveaux adhérents ont écrit plus d'articles ou plus de contenu que moi (Je pense par exemple à Grégory ;-)... Donc, j'attaque un article qui finalement a un contenu qui n'est pas inconnu de certains. Je pense à ceux qui étaient à la visu ou aux autres Oriciens qui ont subit mes e-mails pour savoir s'ils avaient des informations ou de la documentation sur ce sujet.



L'IDÉE



L'idée d'avoir un ORIC plus puissant, est souvent une chose qui traverse, certainement, souvent la tête des Oriciens. Non pas pour égaler la puissance des PC actuels, chose qui devient de plus en plus difficile à réaliser (Quoique avec la solution apportée ici...), mais pour faire plus de choses. Il est bien évident, que l'on ne peut pas dépasser la puissance des ordinateurs actuels sans changer de type de processeur, donc de compatibilité. Cependant, il y a un point qui peut-être souligné : Désormais l'ORIC n'a plus d'aspect commercial, or l'avantage que nous avons, par rapport aux "gros des logiciels", est que l'ORIC n'est pas un ordinateur à un but lucratif.



En effet, je pense que l'aspect programmation est beaucoup plus soigné et donc plus rapide pour un même traitement (bon on dépend toujours de la puissance des processeurs mais à puissance égale on est inévitablement plus rapide, même si c'est de plus en plus difficile à voir quand la fréquence augmente, cela dépend surtout du nombre de traitements).



Et puis d'ailleurs (et c'est vrai) le dicton des programmeurs actuels étant : "Quick and dirty"... (Grâce ou à cause de la facilité à obtenir des processeurs de plus en plus puissants ?).



Le problème est que l'ORIC est limité non seulement au niveau puissance mais aussi au niveau graphique. Le but de cet article est d'apporter une solution majeure pour pouvoir augmenter la puissance de l'ORIC sans rien toucher à la carte mère et d'avoir une compatibilité à 100%.



PROPOSITION



L'idée m'est venue quand DBUG voulait câbler 2 ORIC ensemble pour avoir un gain de puissance, mais également venue avec le projet de faire un STRATOS 2000. Mon idée est simple : avoir de la puissance en plus pour l'ORIC, de meilleures possibilités graphiques, plus de mémoire vive et donc pouvoir rivaliser avec le monde PC (Ce n'est pas une guerre déclarée aux PC mais plutôt une façon de pouvoir disposer d'une alternative au PC tout en gardant l'ORIC et "l'esprit ORIC"). La notion d'une compatibilité à 100% avec l'ORIC est primordiale, la possibilité de ne pas perdre la logithèque ORIC, ni aux matériels ORIC également. Donc, pour résoudre cela, il faut une extension simple à mettre en oeuvre, peu onéreuse. Certains doivent se dire que cet article tourne autour du pot, donc voici l'idée. Toutes les informations contenues ici, sont le fruit de nombreuses recherches sur Internet : Et Dieu sait le temps que j'y ai passé... Surtout quand on a un débit de 500 octets par seconde (Non, pas d'erreur bien 500).



UN ORIC PUISSANCE 10



Le C64 possède un 65816 (enfin c'est une extension), chacun, je pense s'est posé la question : Est-il possible de faire la même chose sur l'ORIC ? Je me suis posé la question à maintes reprises, mis à part le fait que le processeur 65816 tourne dans ce cas-ci à 20 MHz, comment celui-ci aurait pu accéder à la RAM vidéo de l'ORIC (qui elle est cadencée à 1 MHz). Après éclaircissement de Fabrice, j'en conclus qu'il est pratiquement impossible de le faire sur l'ORIC. C'est en parcourant une FAQ (Frequently Asked Question) sur les consoles que j'obtiens le scoop : la Super Nintendo (console 16 bits) possède un 65816 ! (A noter que la NES avait un 6502 à 1,8 MHz). C'est la seule console qui possède ce processeur. La mégadrive disposant d'un 68000 et d'un Z80 pour le son. Il faudra noter que la super Nintendo était plus puissante que la mégadrive (autre console 16), non pas parce que la super Nintendo a un micro-processeur meilleur ou plus rapide que la mégadrive (Bien au contraire ! : mégadrive à 8 MHz contre une super Nintendo à 3,5 MHz), mais parce que la super Nintendo repose sur un chipset graphique relativement puissant permettant des effets "Hard" dont le plus connu est le rotozoom (En plein écran). Les effets "hard" sont des effets pré-programmés. Il n'y a que très peu de programmation dans ces cas là et l'avantage est que le processeur ne fait rien : Temps d'occupation pratiquement 0 %, c'est le chipset graphique qui fait tout et de façon très rapide. (On pourrait même retirer le processeur le rotozoom se ferait tout de même, c'est un peu utopique mais pour comprendre c'est mieux). D'ailleurs, pour l'Amstrad CPC, vous avez des démos qui occupent pratiquement 0% du processeur (Avec la gestion des scroll hard). En réalité, ce ne sont pas des vrais scroll hard, puisque le CRTC (Chipset graphique du CPC) n'en dispose pas. Ils utilisent la technique des "ruptures" qui est un principe relativement simple : Ils déplacent le vecteur de RAM vidéo du CRTC.



Ainsi, pour faire un scroll hard, on pourra dire au CRTC "maintenant, l'adresse de la RAM vidéo se trouve une ligne au-dessus", et le CRTC affichera l'image qui descendra d'une ligne (automatiquement et de façon instantanée). D'ailleurs, apparemment en plus des scroll hard, la super Nintendo peut-être exploitée de la même façon. La gestion de la RAM vidéo du CPC est d'ailleurs assez atypique : à la fin d'une ligne, l'adresse suivante ne définit pas la ligne suivante mais huit lignes en-dessous... Maintenant, sur l'ORIC les effets hard, il va falloir chercher ! A part le clignotement hard, la double hauteur en mode texte, et le changement de couleur d'une ligne en un octet (Quoique avec la re-définition des caractères, il soit possible de faire quelques effets hard, c'est assez limitatif tout de même), je ne vois pas... C'est peut-être pour ça qu'une fois, j'ai lu que quelqu'un avait écrit que l'ORIC était l'ancêtre du PC. Le PC : strictement rien en hard, l'ORIC aussi... Dans le monde PC, tout cela commence à changer grâce aux cartes 3D qui ne font que des effets hard 3D... C'est pour la même raison que les PC ont toujours été ridicules, face aux consoles qui disposent d'effets hard très intéressants... Scroll hard multi directionnel, effet mosaïque... La super Nintendo dispose de plusieurs plans : Il faut voir l'affichage de la super Nintendo comme 4 feuilles. Les feuilles sont superposées mais elles peuvent se déplacer indépendamment des autres et disposent d'un espace RAM vidéo qui leur est propre.



Ainsi, pour le déplacement d'un objet sur un décor : le décor sur une feuille et l'objet sur une deuxième pas besoin de recopier le fond en RAM pour déplacer l'objet. Maintenant, faites la même chose avec l'ORIC : vous allez vous amuser à coup d'opcodes logiques et avec des sauvegardes en RAM de la RAM vidéo survolée pour un résultat relativement médiocre car le 6502 travaille à plein régime. Maintenant, pour la super Nintendo, ça se résume à



jsr affiche_décor_feuille1

jsr bouge_objet

rts



Quoique vous ne sachiez pas ce qu'il y a derrière le "jsr bouge_objet" ! Si, on veut être "bourrin" on peut dire qu'on pourrait faire à la place : jsr bouge_hard_feuille2 (Avec feuille 2 contenant l'objet) : Résultat : très fluide (trop ?) Et 0 % du temps processeur occupé...



C'est pour ça que l'ORIC fait triste figure par rapport aux autres 8 bits... Le commodore 64, dispose de scroll hard et apparemment, il peut superposer 2 modes graphiques différents au même endroit...



Oui, mais quelles sont les applications bureautiques de ces scroll-hard ? Et, bien vous les avez toujours sous les yeux quand vous êtes sur un PC : L'affichage ne se résume t-il pas essentiellement à des scrollers ? Prenez un traitement de texte, le mode console, un logiciel IRC, les jeux et navigateurs Internet... et j'en passe... le défilement est un aspect essentiel : vous déplacez une icone, c'est aussi un scroller... D'où l'importance des scrollers hard...



L'IDÉE



Après m'être documenté sur la console (spécifications techniques), l'idée me vient à l'esprit : utiliser les circuits électroniques de la Super Nintendo pour "booster" l'ORIC.



Plusieurs raisons : le 65816 est compatible 6502, d'excellentes capacités graphiques... le câblage est déjà fait. C'est à ce stade que j'en parle à Fabrice. J'avoue que je ne m'étais pas énormément documenté sur la super Nintendo. Fabrice part déjà sur l'idée de faire une interface pour que l'ORIC communique avec la Super Nintendo. De mon coté, je reste sur la possibilité de refaire un typon pour mettre ce que l'on veut. Après quelques recherches pour disposer d'une Super Nintendo, (Certains auront peut-être noté mes annonces dans les puces informatiques : quand l'annonce était parue, j'en disposais déjà d'une !), je me mets à chercher de la documentation sur celle-ci. Je me mets également au démontage de la Super Nintendo, manque de chance Nintendo a eu la merveilleuse idée de mettre des vis spéciales. Plutôt que de chercher un moyen simple pour contourner le problème, j'y vais "à la barbare" c'est à dire au fer à souder. Je fonds le plastique, je ne privilégie pas l'esthétisme d'ailleurs pour moi ça n'a aucune importance, je ne l'ai pas acheté pour jouer ou pour faire beau. Et autre surprise, quand je vois le circuit imprimé et les composants de la Super Nintendo, je me résous également à la solution de Fabrice : faire une interface et utiliser la console telle qu'elle est.



En effet, je m'attendais à avoir un circuit électronique simple à peu près comme celui de l'ORIC, là j'ai été trop naïf, pas mal de circuits mais surtout pas mal de broches, parfois 100 broches pour un circuit autant dire que c'est quasi-mission impossible de dessouder tout ça, à part qu'en plus elles ne sont pas soudées : Elles ne traversent même pas la plaque... Autant dire que dessouder les composants, n'aurait pas été une mince affaire...



À suivre...


BROWSE

NUMEROS
 [128] - [127] - [126] [125] - [123] - [122] - [121] - [119] - [118] - [117] - [116] 

YEAR
2013 - 2012 - 2011 - 2010 - 2009 - 2008 - 2007 - 2006 - 2005 - 2004 - 2003 - 2002 - 2001 - 2000 - 1999 - 1998 - 1997 - 1996 - 1995 - 1994 - 1993 - 1992 - 1991 - 1990



Hosted By oric.org server www.oric.org V 2.6 CNIL ID : 872370 Write to Webmaster © 2000-2022 Built in 0.01 Seconds