Nº200 (12/2006)







  Download :
Merci beaucoup pour les félicitations que je reçois régulièrement pour le Ceo-Mag, qui est surtout le résultat de vos contributions. Je reçois aussi une critique récurrente: Trop d'articles techniques. Hélas, de ce point de vue, ce n° spécial fait dans la continuité! Mais, avec ses 78 pages, tout un chacun devrait quand même y trouver son compte et je remercie tous ceux qui ont fait un effort pour participer à cet événement. Je comprends bien que le contenu ne soit pas assez ludique, mais je rappelle que je n'exerce aucune censure et que vous pouvez sans crainte m'envoyer le type d'articles que vous aimez. Bonne lecture. André

Interviews, suite: Aujourd'hui Andrew Moore!
Tout sur le Phoenix!
Implantation d'un Forth en Rom Atmos!
Bricolez pour votre Super-Oric!
Toujours Disponibles: Cartes Microdisc!
Et le Cd gratos CEO 2006!

sommaire

Adresses CEO / Sommaire / Editorial    Page 
Courrier Oricien    Page 
Petites Annonces & Bonnes Adresses    Page 
Coup de Pouce : Teknis    Page 
Quelques Interfaces Joystick Programmables    Page 
Listing: Minescape    Page 
Mission Delta    Page 
Implémentation d'un Forth en Rom Atmos (3)    Page 
Humour / CD Gratos CEO 2006    Page 
Divertissements Mathématiques et Logiques    Page 
Les Calembours de Schizo Dino    Page 
Nostalgie : Lionel & Damien Ponnelle    Page 
Oric Cheats - Trich’Oric    Page 
Réalisez une Interface Clavier PC/Super-Oric (3/3)    Page 
Atelier: Interface Clavier PC/Super-Oric    Page 
Interview de Andrew Moore (français & english)    Page 
Basic pour Téléphones portables et Pocket PCs    Page 
Cadeau pour le n°200    Page 
Nostalgie : L'Atmos en Promo    Page 
La Page de Yann : The Hobbits    Page 
Comment est né Stratmon ?    Page 
La Renaissance du Phoenix    Page 
ITL Kathmill Z80 Board IO Programming information    Page 
News from the Phoenix Front    Page 
Adhésion CEO 2007 / 2007 CEO subscription Form    Page 


Hist'Oric: Comment est né Stratmon?

par Damien et Lionel Ponnelle


J'ai fait l'acquisition d'un Oric-1 en décembre 1983 chez ASN-Diffusion. En janvier 84, un collègue me dit qu'il vient d'acheter un Oric-Atmos, j'ai alors demandé à ASN-Diffusion s'ils pouvaient me l'échanger, ils ont dit oui mais pour 1200 F. Comme je bricolais un peu d'électronique et je m'intéressais aux systèmes d'automatisme, j'ai regardé de plus près comment ça fonctionne. J'ai alors décidé de recopier la Rom Basic de l'Atmos de mon collègue à partir du désassembleur Oric-Mon.

A partir d'un schéma de graveur d'Eprom 2716 paru dans Radio-plans, je l'ai donc adapté pour une Eprom 27128. Il fallait modifier légèrement le câblage, mais surtout le programme : la partie Basic pour la gestion de la plage de 16 Ko au lieu de 2 Ko, mais aussi la partie assembleur pour la routine de gravure car les temps et les tensions sont différentes.

Je me suis donc retrouvé avec un Atmos avec un clavier d'Oric-1. Puis, j'ai placé les 2 Roms Oric-1 et Atmos dans le boîtier avec un inverseur. A partir de là, il fallait modifier les programmes et surtout les jeux venant de l'Oric-1. Un autre collègue qui avait déjà un certain nombre de jeux m'a prêté tous ses jeux. Je me suis donc décidé à déplomber ces jeux pour les adapter à l'Atmos en créant un petit programme qui chargeait les cassettes mais sans les exécuter en reprenant la routine de la Rom Basic mais sans l'exécution du programme. Il était facile de modifier les appels à la Rom Basic avec l'aide du livre de Fabrice Broche : L'Oric à nu. Pour d'autres il fallait exécuter la routine de décryptage en assembleur qui masquait un programme en Basic.

Mais il a fallu adapter aussi le désassembleur Oric-Mon à l'Atmos. Je me suis attaqué à son désassemblage (avec lui-même bien sûr). Ce programme était plein de trous car il n'a pas été créé avec un assembleur symbolique (parce qu'il était certainement le premier pour l'Oric), j'ai décidé de l'optimiser. Il comprenait un certain nombre de fonctions en plus du désassembleur : vidage hexadécimal, déplacement de programmes, recherche et entrée de caractères et aussi calcul hexadécimal sur les 4 opérations. Là je me suis aperçu que les routines multiplication et division ne fonctionnaient pas, j'ai essayé plusieurs cassettes d'Oric-Mon qui avaient toutes la même erreur. J'ai analysé le fonctionnement de ces routines. Les additions et soustractions en hexadécimal sur 2 octets, c'est à peu près simple. Par contre les multiplications et divisions c'est un peu plus ardu. J'ai trouvé l'erreur qui ne comptait qu'un seul octet défectueux sur chaque routine.

Ce qui manquait le plus dans Oric-Mon, c'est la fonction d'assemblage, j'ai étudié le livre d'André Chénière qui contenait un assembleur et un désassembleur. La routine de désassemblage était pratiquement identique à celle d'Oric-Mon, à part les mnémoniques qui était codés sur 2 octets se trouvaient inversés. J'ai donc repris la routine d'assemblage que j'ai ajoutée à mon programme que j'ai appelé Atmon en ressemblance à Oric-Mon pour " Oric1-Moniteur " et Atmon pour " Atmos-Moniteur ". J'ai gardé la routine 'Désassemblage', 'Relogement de programme' ainsi que les opérations de calculs corrigées. Puis j'ai totalement recréé toutes les autres routines comme le 'vidage hexadécimal', 'recherche et entrée d'octets', 'recherche et entrée de caractères', 'déplacement de zone mémoire'. J'ai aussi ajouté une routine qui déplaçait Atmon lui-même en mémoire, ce qui permettait de travailler sur n'importe programme où qu'il soit situé en mémoire. Cette opération était possible parce-que j'avais groupé tout le code qui pouvait être 'relogé' facilement et les tables et textes qui pouvaient être 'déplacés' simplement. Le programme qui m'a facilité le travail est l'assembleur symbolique " Hades " pour programmer Atmon.

Un copain qui avait aussi un Oric m'a présenté son beau-frère qui n'était autre que Jean-Pierre Morlane, le directeur commercial de la nouvelle société Oric-France. Ce qui m'a permis d'acquérir un Telestrat que je cherchais en vain depuis un certain temps. Comme ce copain avait parlé de moi à son beau-frère en lui disant que j'avais déplombé tous les programmes ORIC qui me passaient entre les mains, J.P. Morlane m'a demandé comment j'avais fait. En fait ce qui l'intéressait, il m'a dit qu'il avait racheté tous les jeux existants aux différents éditeurs, qui lui ont fourni les cassettes protégées mais pas les sources. Je lui ai donc donné les jeux déprotégés et c'est là que mon fils Damien entre dans la course : il est embauché pendant ses vacances avec Godefroy Troude pour déprotéger les autres programmes que l'on n'avait pas, puis ils ont installé tous ces jeux sur disquettes en créant une nouvelle protection.

J'ai proposé Atmon à J.P. Morlane, il m'a dit que sur Oric-1 et Atmos ça n'avais plus d'intérêt, mais par contre ça l'intéressait pour le Telestrat (vu que la cartouche Tele-Ass n'est sortie que plusieurs mois après). Il a fallu bosser pour adapter Atmon au Telestrat : il fallait trouver les adresses des routines en Rom pour l'accès à " l'entrée clavier " ainsi qu'à  la " sortie écran ". Et c'est encore là que Damien entre en jeu, il crée un petit désassembleur en Basic pour voir ce qui se passe dans le Telestrat.

Les routines d'entrée-sortie sont accessibles à partir d'une astuce : l'utilisation de l'instruction " Break " qui exécute une interruption du 6502. L'octet qui suit est récupéré sur la pile et exécute une routine spécifique dans la Rom Basic.

A partir de là j'ai pu modifier Atmon sur mon Atmos avec l'assembleur Hades et qui est devenu Stratmon. Je passais le programme sur disquette à Damien qui travaillait sur le Telestrat et testait minutieusement le fonctionnement de Stratmon.

Pendant ce temps Damien travaillait sur son programme Stratools : un éditeur de disque dans le genre de PC-tools pour PC. Ce qui lui a permis d'inclure la routine de désassemblage dans son utilitaire.

Quand j'ai présenté à J.P. Morlane, une première version de STRATMON, il l'a fait tester puis quelques jours après il m'a rappelé et il m'a présenté à Fabrice Broche pour qu'il m'indique les modifications qu'il souhaitait que j'y apporte pour le rendre commercialisable.

NDLR. Merci à René Pechberti qui a pris contact avec Lionel Ponnelle et nous a rapporté ce document. Nous lui devons aussi ceux des pages 27 & 28. La suite de cet Hist'Oric dans le prochain numéro.




BROWSE

NUMEROS
 [200] [199] - [198] - [197] - [195] - [194] - [193] - [192] - [191] - [190] - [189] 

YEAR
2017 - 2016 - 2015 - 2014 - 2013 - 2012 - 2011 - 2010 - 2009 - 2008 - 2007 - 2006 - 2005 - 2004 - 2003 - 2002 - 2001 - 2000 - 1999 - 1998 - 1997 - 1996 - 1995 - 1994 - 1993 - 1992 - 1991 - 1990



Hosted By oric.org server www.oric.org V 2.6 CNIL ID : 872370 Write to Webmaster © 2000-2021 Built in 0.08 Seconds